Évolution de l'art des jardins

Traces du passé, mémoires du futur...

 

Le parc de La Droitière est un véritable témoin de l'évolution des jardins et d'un patrimoine historique et botanique. En effet, le parc, d'une superficie de 11 hectares, a évolué avec les siècles sans que les différents propriétaires fassent table rase du passé.

C'est ainsi que les abords du château gardent un ordonnancement classique typique des "jardins à la française" des XVII et XVIIIe siècles, et qu'il faut contourner ce "noyau" pour découvrir les aménagements réalisés au XIXe dans l'esprit pittoresque des "parcs à l'anglaise" en vogue à cette époque.

Victor Fleury, membre de la Société d'Acclimatation et de la Société d'Horticulture Nantaise, et son beau-frère Jules Verne vont donc agrandir le parc et le délimiter par des murs de pierres. Ils vont y implanter des arbres venus des quatre coins du monde par les cales des bateaux rentrant au port de Nantes.

C'est dans ces espaces que vous pourrez découvrir le magnifique Cèdre bleu de l'Atlas que Jules Verne a planté vers 1880, à La Droitière, dans la propriété de sa sœur Mathilde. Ce Cèdre est vraisemblablement en rapport avec le voyage que Jules Verne a effectué en 1878 en Algérie. Fasciné par le pays, il y retournera en 1884 et s'inspirera de ses visites dans ses romans.

Au cours de votre visite dans le parc de La Droitère, vous pourrez observer par vous même le respect que les différents propriétaires ont eu du travail antérieur. Le guide vous montrera pleins de petits détails qui illustrent ces quelques lignes.